Revenir à Artistes ayant fait l’objet d’un article important dans nos revues

Christian RENONCIAT

Christian RENONCIAT, papier déplié 4 plis, 2008

Christian RENONCIAT, papier déplié 4 plis
2008

Né à Paris en 1947, Christian Renonciat poursuit ses études à la Sorbonne et obtient une licence de philosophie. En 1969, il entre dans un atelier d’art à Antibes, où il pratique pendant six ans les métiers du bois. En 1975, il ouvre son propre atelier à Valbonne dans lequel naissent les premières sculptures.

De retour à Paris, il présente sa première exposition en 1978 à la galerie Alain Blondel. Après avoir représenté des objets même, il les traite dans un emballage de tissus, de papier ou de carton. Ainsi, au fil des années se précise son intérêt pour la matière des choses en tant que sujet, sculptée dans le bois à travers des représentations diverses, des plus [hyper]réalistes à des travaux presque abstraits. Ce qui est perçu au premier abord ce sont des objets de la vie quotidienne (couvertures, papiers kraft, carton, ficelles) dans un rendu d’une finesse inouïe des détails. Le spectateur est troublé, pris dans l’équivoque, Renonciat cherchant à atteindre la sensualité de la perception pour éveiller la connaissance du toucher.

Depuis 1984, il parcourt une seconde voie parallèle, la création monumentale, pour laquelle il marie imaginaire et technique dans des matériaux très divers (fonte d’acier, bronze, aluminium, jardins, etc.) avec souvent la tonalité d’une archéologie onirique.

La perfection de la réalisation est éblouissante et démontre une maitrise du métier, mais le sensible des matières représentées, pétrifié dans le bois, sans ajout de couleur, est la matière même de l’œuvre. « Ce que proposent ces sculptures n’est autre qu’un tendre miroir où le corps se ressent dans le registre qui lui est le plus favorable : c’est tout à la fois une surface, un grain, une chaleur, et la tendresse d’une consistance souple, fluide, suave. Cet énoncé lui-même indique l’ambiguïté que le corps entretient avec cette douce matière des choses, que nous décrivons dans les mêmes termes, avec les mêmes mots qui eussent décrit le corps lui-même« , écrit Renonciat de ses recherches.

Aujourd’hui, il retrouve la matière des choses dans de grandes compositions murales de bois sculpté, telles des tapisseries de drap, de plastique, de laine, de papier ou de carton.

Son dernier travail est un ensemble de grands panneaux appelés « les  Étendues« . Il y privilégie les « sujets » qu’il affectionne : le papier déplié, le panneau de carton, la bâche de plastique et la couverture de laine. De ces quatre sujets, il compose des tableaux qu’il nomme souvent « motifs » : des formats presque carrés ou bien des « codex » (comme des livres ouverts). Ce sont toujours des panneaux de bois sculpté, mais aucune trace du travail ne vient alourdir la perception.

Si vous voulez connaître les numéros de Textile/Art qui contiennent des articles sur cet artiste, tapez son nom dans le moteur de recherche situé en haut de la page.

 


Sites internet :

Site officiel : http://www.christianrenonciat.com/

Site Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Renonciat

Lien Permanent pour cet article : http://www.textile-art-revue.fr/artistes/artistes-ayant-fait-lobjet-dun-article-important-dans-nos-revues/christian-renonciat/