Revenir à Artistes ayant fait l’objet d’un article important dans nos revues

CHRISTO

CHRISTO, Le Pont-Neuf à Paris emballé, 1985

CHRISTO, Le Pont-Neuf à Paris emballé
1985

Christo et Jeanne-Claude, communément Christo, est le nom d’artiste sous lequel est identifiée l’œuvre commune de Christo Vladimiroff Javacheff, né le 13 juin 1935 à Gabrovo en Bulgarie, et de Jeanne-Claude Denat de Guillebon, née également le 13 juin 1935 et morte en 2009.

Très tôt Christo eut des contacts avec l’art et en 1953, il débuta sa formation artistique aux Beaux Arts de Sofia où il étudia la peinture, la sculpture et l’architecture. Christo défiait le système en peignant des toiles allant à l’encontre de l’idéologie. Il eut donc quelques ennuis avec le Réalisme Socialiste et décide de fuir à Vienne en 1956.

Il s’installe à Paris en 1958 où il rencontre Jeanne-Claude. C’est le début de leur collaboration artistique. En 1963, il côtoie le groupe des nouveaux réalistes. Ses premières œuvres sont des peintures abstraites et des empaquetages d’objets ou de modèles vivants dans de la toile ou du plastique.

Après s’être installés à New York en 1964, le couple commence à réaliser des projets de grande envergure, intervenant de façon directe et éphémère sur des édifices, des monuments ou des paysages entiers en les « empaquetant« . Leurs œuvres se rapprochent du Land art en raison de leur gigantisme et de leur réalisation hors des traditionnels sites ; atelier, galerie, musée. Le couple refuse cependant cette catégorisation. Pour les Christo, leurs œuvres sont faites pour impressionner le public : quand un monument est emballé, il acquiert une toute autre forme, une toute autre identité, un tout autre prestige.

L’œuvre de Christo c’est aussi l’art de travailler en équipe avec de grands moyens. Toute l’organisation et la logistique de ses œuvres font partie intégrante de son art, les démarches mises en œuvre pour pouvoir réaliser chaque projet, représentant des années d’investigations et des centaines de désistements et d’abandons.

Les Christo recherchent une popularité de leur art. Pour Christo, « l’urgence d’être vu est d’autant plus grande que demain tout aura disparu… Personne ne peut acheter ces œuvres, personne ne peut les posséder, personne ne peut les commercialiser, personne ne peut vendre des billets pour les voir…Notre travail parle de liberté ».

Les principales réalisations :

Iron Curtain : Révolté par la construction du mur de Berlin en août 1961, Christo conçoit le projet de barrer la rue Visconti à Paris par un mur de barils de pétrole. Malgré l’interdiction, le 27 juin 1962, les artistes profitent de la nuit pour bloquer la rue pendant 8 heures et réaliser leur mur de 240 barils haut de 4,30 m. Des années plus tard, ils souhaitèrent réaliser à New York un projet identique en fermant la 53e rue avec 441 barils mais ce fut encore refusé par les autorités municipales.

Valley Curtain (1970-1972) : Un rideau safran barre une vallée californienne dans l’État du Colorado.

Running Fence : Le 10 septembre 1976, au nord de San Francisco, les Christo font serpenter sur près de 40 km un ruban de toile de nylon blanche. C’est un hasard que l’installation de ce projet, faisant penser à la grande muraille de Chine, coïncide avec le jour de la mort de Mao Tsé-Toung. Ceci a involontairement accru l’impact de l’œuvre.

Surrounded Islands (1980-1983) : Les Christo entreprennent de border de toile en polypropylène rose fuchsia 11 îlots artificiels, de la baie de Biscayne à Miami, qui servent surtout de décharges à ordures (40 tonnes de déchets ont été retirés aux frais des artistes avant l’installation du projet). Les préparatifs sont longs et demandent comme toujours de multiples dessins, collages et photographies ainsi que la tenue de nombreuses réunions avec les autorités locales. Cette œuvre, changeant radicalement le paysage, a eu un fort impact dans le monde de l’art, mais aussi au niveau touristique.

Emballage du Pont Neuf (du 22 septembre au 7 octobre 1985) : Le Pont Neuf de Paris, le plus vieux des ponts de la capitale française, est emballé dans un polyester ocre-jaune. Après 10 ans de négociations, le projet réalisé a un énorme succès populaire.

Parasol Bridge : Pont symbolique entre l’Est et l’Ouest, des deux côtés du littoral pacifique. En octobre 1991, Christo et Jeanne-Claude font planter 1.340 parasols bleus à Ibaraki, au Japon et 1.760 jaunes en Californie. Ils ont 6 m de haut pour 8,66 m de diamètre et resteront dans les paysages pendant 18 jours.

Emballage du Reichstag (23 juin au 7 juillet 1995) : Il est emballé dans un tissu argenté de 2,5 millimètres d’épaisseur. C’est en 1971 que Christo esquisse ses premiers dessins, mais le projet concernant ce monument chargé de souvenirs sera freiné, notamment par le chancelier Helmut Kohl.

The Gates (2004-2005) : Parcours de 37 kilomètres à travers Central Park à New York, ponctué de 7 500 portiques, hauts d’environ cinq mètres, placés à 4 mètres d’intervalle et tendus d’un rideau de tissu vinyle de couleur orange-safran.

Les œuvres de Christo & Jeanne-Claude, bien que gigantesques et donc coûteuses, ont été en général entièrement financées par la vente des études préparatoires.

Si vous voulez connaître les numéros de Textile/Art qui contiennent des articles sur cet artiste, tapez son nom dans le moteur de recherche situé en haut de la page.

 


Sites Internet :

Page Wikipédia

Lien Permanent pour cet article : http://www.textile-art-revue.fr/artistes/artistes-ayant-fait-lobjet-dun-article-important-dans-nos-revues/christo/