Revenir à 2015

Le fil des possibles

du 7 Décembre 2014 au 31 Mai 2015

fil des possiblesEspace de l’Art Concret
Château de Mouans
06370 Mouans-Sartoux

Visite personnalisée de l’exposition par Alexandra Deslys, co-commissaire de l’exposition, le samedi 24 janvier à 16h.

L’exposition « Le fil des possibles » présentée à l’Espace de l’Art Concret, 20 ans après l’exposition « Art et vêtement », oriente son propos sur les manifestations du textile dans le travail de plusieurs artistes plasticiens.
Avec les artistes, Pierrette Bloch, Olga Boldyreff, Ymane Fakhir, Anthony Freestone, Jérémy Gobé, Hervé Graumann, Annette Messager, Françoise Micoud, Mai-Thu Perret, Pascal Pinaud, Julien Prévieux, Ismini Samanidou.
Une appropriation des codes du textile souvent inhérente au process même, nous confronte à des œuvres issues des techniques du tissage mais aussi à des œuvres peintes, des photographies, des dessins, des installations ou encore des vidéos.  Au regard de ces travaux, une sélection de tissus ethnographiques issus de la collection de Wilhelm Otten (Autriche) questionne cette identité textile au travers du temps et des aires géographiques.

De même que le texte se conçoit comme une trame de mots, le tissu, véritable enchevêtrement de fils, questionne lui aussi la problématique du lien et de la cohésion, amenant ainsi à s’interroger sur notre rapport au corps et à ce que nous en donnons à voir. Ainsi abordé dans son rapport au(x) lien(s) et à l’appartenance, le tissu nous conduit à une réflexion sur son aspect identitaire, du groupe à l’individu.

Les expositions se tenant à l’espace de l’art concret sont construites en référence à la collection de Sybil Albers et Gottfried Honegger, mise en dépôt auprès de la ville de Mouans-Sartoux et qui a fait l’objet d’une donation à l’Etat français en 2000. Enrichie par la suite, la « Donation Albers-Honegger » est entièrement dévolue à l’art abstrait, géométrique ou construit et offre une vision élargie de l’art concret. Le groupe art concret fut fondé en 1930, par l’artiste néerlandais Theo Van Doesburg à Paris, en réaction à la création du groupe Cercle et Carré par Michel Seuphor et Joaquín Torrès-Garcí. En avril 1930, le Manifeste de l’art concret jette les bases théoriques du mouvement. Theo Van Doesburg, marqué par l’influence du néoplasticisme de Piet Mondrian, propose une œuvre d’art « entièrement conçue et formée par l’esprit avant son exécution », visant à la « clarté absolue » et excluant toute expression subjective. L’art concret cherche en effet à atteindre une forme de représentation de dimension universelle qui refuse tout sentiment et toute portée symbolique, les éléments picturaux composant les œuvres n’ayant d’autre signification que leur réalité propre. Selon Theo Van Doesburg est ainsi produite une « peinture concrète et non abstraite, parce que rien n’est plus concret, plus réel qu’une ligne, qu’une couleur, qu’une surface ».

Le château de Mouans où se trouve la collection permanente d’art concret a été édifié au début du XVe siècle par Jean de Grasse. Il appartient depuis 1988 à la ville de Mouans-Sartoux. Son intérêt réside dans la préservation de son plan initial, de forme triangulaire très rare en France.

www.espacedelartconcret.fr

Lien Permanent pour cet article : http://www.textile-art-revue.fr/historique-2/anciennes-news/2015-2/le-fil-des-possibles/