Revenir à 2016

Jean Lurçat, l’Eclat du monde

Du 10 juin au 6 novembre 2016

Musée des Beaux-Arts
14, rue du musée
49100 Angers

et

Musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine
4, boulevard Arago
49100 Angers

A l’occasion du cinquantenaire de la mort de Jean Lurçat, deux lieux patrimoniaux d’Angers rendent hommage à l’artiste.

L’exposition du musée des Beaux-Arts offre au public la (re)découverte d’une centaine d’œuvres issues des collections d’Angers et de grandes collections publiques, notamment celle du musée du Petit Palais (avec la série de l’Apocalypse gravée par Dürer), celle de la Bibliothèque nationale de France (avec des manuscrits médiévaux tout à fait exceptionnels) et celle de l’atelier-musée Jean-Lurçat, à Saint-Céré (avec des peintures et des aquarelles de l’artiste). En outre, les musées d’Angers bénéficient du prêt spectaculaire de la tapisserie de l’Apocalypse réalisée par Jean Lurçat pour la chapelle d’Assy (Haute-Savoie) en 1947, longue de 16 mètres.

« Over my dead body », 2014, aquarelle et crayon sur papier

Le Musée Jean-Lurçat abrite une installation constituée d’une multitude de fils de nylon en suspension de Claire Morgan. L’artiste propose, dans l’hôpital Saint-Jean, sa lecture de l’Apocalypse, en écho au Chant du Monde de Jean Lurçat exposé dans ce lieu.

Plenty more Fish in the Sea est principalement composée de fragments déchirés de plastiques noirs, qui forment une masse cuboïde et d’animaux taxidermisés. Renard, pigeon, canard, corbeau choucas, rat et papillons s’y introduisent,  plongeant, sombrant dans cet ensemble plus vaste et laissant des traces derrière eux, ou plutôt au-dessus d’eux. Elle incarne pour Claire Morgan le spectacle de notre vie contemporaine et questionne sur les liens entre la nature et l’être humain. Cette œuvre « condamne nos mœurs du  » tout jetable » : les produits de consommation, mais aussi les vies humaines et la Terre même. » De la même manière que Le Chant du Monde fut créé en réponse à L’Apocalypse d’Angers, l’œuvre de Claire Morgan reprend le fil de cette conversation entamée depuis le Moyen Âge, la poursuivant et l’enrichissant, avec Le Chant du Monde…

En écho à l’installation, des dessins de Claire Morgan seront présentés à l’artothèque.

http://musees.angers.fr/accueil/index.html

Lien Permanent pour cet article : http://www.textile-art-revue.fr/historique-2/anciennes-news/2016-2/jean-lurcat-leclat-du-monde/