Revenir à Artistes ayant fait l’objet d’un article important dans nos revues

James GUITET

James GUITET, A Arthur Rimbaud, 1983, 50 x 50 cm

James GUITET, A Arthur Rimbaud
1983, 50 x 50 cm

James Guitet, né à Nantes le 11 avril 1925, est un peintre et graveur qui s’est intéressé à la tapisserie. Il est mort le 14 décembre 2010.

Il étudie à l’École des Beaux-arts de Nantes. De 1948 à1955, parallèlement à son enseignement au Lycée d’Angers, James Guitet développe son œuvre. Celle-ci s’établit dans l’abstraction, expressionniste d’abord puis plus géométrique. À partir de 1955 il se tourne davantage vers une peinture de matière.

De 1954-57, il est professeur à l’École des Beaux Arts d’Angers, puis à Versailles jusqu’en 1963. C’est l’année de sa première exposition personnelle parisienne à la Galerie du Haut-Pavé. En 1970, il est professeur de peinture et de gravure à L‘U.E.R. Sorbonne, Paris.

À Paris, son amitié avec Michel Ragon, rencontré en 1943 à Nantes, s’affirme. Celui-ci parlera de paysagisme abstrait au sujet de la peinture de James Guitet à la fin des années 50 et lui consacre un livre intitulé « Les forces du silence », en 1973.

C’est à partir de 1965-1973 qu’il pratique la recherche architecturale et la tapisserie. Ces activités, comme l’enseignement auquel il attache une très grande importance, apparaissent comme des compléments nécessaires de son travail pictural. Il fait des tableaux où le châssis est apparent, ou bien faits de toiles libres donnant ainsi à son support une réalité en tant que textile.

L’intérêt pour la tapisserie s’est révélé par la rencontre avec Marie Moulinier qui a proposé au peintre de tisser pour lui, puis Pierre Daquin est également venu le trouver. A chaque licier, l’artiste peintre découvre une nouvelle interprétation  qui l’intéresse. Par la suite Laure et Hervé Grimal tisseront aussi pour leur père.

En gravure, il a chamboulé la technique en prenant des tissus pour en obtenir des empreintes. Par le biais de la gravure James Guitet s’intéresse aussi au livre. Il commence à cette période à créer ses « livres blancs », livres sculptés dans lesquels on peut retrouver sa fascination pour le volume et l’architecture.

Il expose aux Biennales de Paris, puis de Venise.

La peinture de James Guitet est un rapport d’étendues qui se confrontent plus en tant que substances et matières qu’en tant que formes. Il cherche à créer un corps plastique qui soit très prégnant, qui s’impose. S’il n’est pas impossible d’apparenter son parcours à l’art conceptuel, la spiritualité qui se dégage des œuvres interdit de l’y cantonner, autant que leur sensualité immanente.

Si vous voulez connaître les numéros de Textile/Art qui contiennent des articles sur cet artiste, tapez son nom dans le moteur de recherche situé en haut de la page.

 


 

Sites internet :

Site Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Guitet

Lien Permanent pour cet article : https://www.textile-art-revue.fr/artistes/artistes-ayant-fait-lobjet-dun-article-important-dans-nos-revues/james-guittet/