Revenir à 2016

Surfaces Tangibles

Une œuvre monumentale d’Oscar Lloveras sur le parvis du parvis d’entrée du Musée des arts et métiers, à Paris encore tout le mois de février.

Cette œuvre s’inscrit dans la lignée de la démarche artistique de l’artiste, interrogeant l’homme et sa place dans l’environnement, la puissance des énergies naturelles, la notion de temporalité. Pour la création de Surfaces Tangibles, Oscar Lloveras appuie sa réflexion sur les collections du musée et sur l’architecture de ce lieu historique. Composée de pleins et de vides, l’œuvre est partie prenante du lieu, s’imprégnant de l’espace architectural. Entre flottement et tension, l’œuvre à la fois statique et mouvante est une invitation au voyage et au rêve.

Composition : trois pièces sont suspendues en hauteur et maintenues par une structure spatiale de cordages en tension. Chaque surface est découpée d’après un dessin inspiré des racines végétales ou de lignes en expansion.

Dimensions : suspendue entre 5 mètres et 16 mètres de hauteur, couvrant une surface au sol de 900 mètres carrés. La toile utilisée étant très légère – moins de 150 g/m² –, le poids global de l’œuvre ne dépasse pas les 150 kilogrammes.

Matériaux : toile ignifugée en polyamide, renforcée par une trame intérieure filamentaire conçue pour résister à une exposition en extérieur dans des conditions extrêmes.
· Drisses navales en polyamide, couramment employées en océanologie pour déployer des instruments scientifiques à grande profondeur, et capables de supporter une traction de 12 tonnes. Coloration à l’aide de pigments naturels catalysés par l’alcool.

Fabrication : l’œuvre a été produite avec toutes les précautions concernant la protection de la nature et de l’environnement. Elle a été réalisée dans les locaux de l’Association Monotsukuri, dans la préfecture de Kagawa (Japon), avec l’aide des élèves de l’université de Kagawa.

Lien Permanent pour cet article : https://www.textile-art-revue.fr/historique-2/archives-actualites/2016-2/surfaces-tangibles/