Revenir à 2018

Biswajit Mukherjee

Du 27 février au 25 mars 2018

Halle Saint Pierre
2, rue Ronsard
75018 Paris

« Rescapé » de l’école, MUKHERJEE commence par chanter les « Tagore’s dramas » mais un problème de cordes vocales met fin à cette première carrière. Il passe alors à la création sur support textile d’œuvres picturales qui empruntent leur mode d’expression à la broderie Kantha. Son inspiration spontanée pour cette production culturelle spécifique du Bengale tient à ce que sa mère pratiquait cette broderie comme un loisir créatif. Mais son style graphique et ses thèmes qu’il dit lui être inspirés par Dieu sont d’une toute autre nature.

Il travaille un groupe d’une dizaine de paysannes brodeuses et leur fait réaliser de manière précise et obsessionnelle les dessins qu’il a d’abord transférés au poncif sur la soie. Sa joie profonde à montrer ses œuvres alterne avec le refus de les montrer. L’ONG indienne SHE Foundation relayée par l’association SHE France le soutient depuis une dizaine d’années et a pu constituer une collection assez complète de ses œuvres. En octobre 2016, à la dernière rencontre avec Biswajit Mukherjee, il n’y avait  alors que trois œuvres dans son atelier, qui sont probablement ses dernières : il a sombré depuis dans une profonde dépression et il est désormais atteint de la maladie d’Alzheimer.

http://www.hallesaintpierre.org/2018/01/13/14118/

Lien Permanent pour cet article : https://www.textile-art-revue.fr/historique-2/archives-actualites/2018-2/biswajit-mukherjee/